Les services proposés par DUNE vise à réduire la mortalité, la morbidité et l’exclusion sociale des usagers de drogues, en les considérant comme des citoyens à part entière, soucieux comme chacun de l’environnement et de la vie dans la cité. 

Notre intervention repose sur les fondamentaux de la réduction des risques[1] sociaux et sanitaires liés à la consommation de drogues.

Sur le terrain, nous privilégions une attitude non-directive, qui s’abstient de tout jugement ou discrimination quant à l’usage de drogues, et basée sur l’écoute.

Notre priorité est d’établir un lien de confiance avec nos bénéficiaires (le plus souvent en rupture avec les systèmes d’aide et de soin classiques), à travers cette écoute et l’accès anonyme, gratuit et inconditionnel à nos services.

Face à la complexité des parcours vécu par notre public, nous avons développé une approche holistique, mise en pratique par une équipe pluridisciplinaire : éducateur, assistant social, infirmier et médecin généraliste.

En tant que service de la ligne 0,5, nous travaillons dans une logique de concertation et de relais vers le secteur des soins de santé, des services d’aide aux sans-abris et des structures dites à « bas seuil » d’accès. Il ne s’agit pas de se substituer aux services de première ligne existant mais de construire des ponts entre le monde de la rue et celui des institutions.

Nous offrons à notre public les ressources nécessaires pour diminuer les dommages psycho-médico-sociaux liés à sa consommation et donc améliorer sa qualité de vie[2] .

[1] Charte de la réduction des risques.

[2] Charte d’Ottawa.